Kalché

 

après le séisme

 

le village

Le village de Kalché - district de Dolakha - Solu

 

Kalché se situe à 2 heures de marche à l'ouest de Laharé.

On y arrive cependant de la même façon : Katmandou - Lamosangu (c'est la route de Jiri) - Muré - Deurali (sur ce dernier tronçon, une piste à faire frémir tous les touristes), soit après 6 h de bus puis 4 ou 5 h de marche.

Kalché est un petit village de moyenne montagne, perché à 2100 m d’altitude.

Pas de route directe. Une "piste" est en cours de construction mais n'arrive pas au village. L’électricité est installée en 2013.

Le bourg de Melung où se tient un marché important, la poste, le téléphone est à une bonne heure de marche. C’est là aussi que viennent les enfants pour poursuivre leur scolarité en classes 6 à 8.

 

La communauté villageoise, majoritairement Tamang, ne vit pas ici non plus, dans un village aggloméré.

Ce sont des paysans qui cultivent, sur des terrasses étroites, la pomme de terre, le maïs, l’orge, le millet. Ils vivent avec bien peu de moyens. La construction de la piste leur permettra d'envoyer plus rapidement à Kathmandou les légumes frais qu'ils se sont mis à cultiver depuis deux ans. Pour l'instant, à dos d'hommes, ils portent leurs charges de choux-fleurs, carottes et pommes de terre jusqu'aux confins de Laharé ou à Deurali.

 

Le village de Kalché est le village dont est originaire Moti, la femme de notre ami Krishna Bahadur Tamang.

C'est ici que vivent Kumar, Sanou, Kansa et tous nos amis.

 

L'association apporte également de l'aide à ces villageois.

Quatre blocs sanitaires ont été construits, le foyer rural est également financé (achat de matériel collectif, de réservoirs d'eau). En 2013, 4 fontaines ont été construites par les villageois sur les fonds propres du foyer. Ce fonds commun abondé chaque année par l'ACFN a également permis en 2013, de financer le raccordement des maisons au réseau électrique.

 

 

Les habitants du hameau font depuis peu du maraîchage. En 2012, avec le soutien de l'association Comminges Sans Frontière, trois serres ont été construites. Elles permettent aux villageois de faire pousser des légumes primeurs qui sont vendus plus tôt dans la saison et que les grossistes achètent un peu plus cher. En 2013, des piments, des tomates, des courges ont été récoltés à Kalché. Jamais ces légumes n'avaient poussés à cet endroit. C'est une formidable réussite, un apport d'argent pour la communauté. Une partie des gains a été réinvestie pour la construction d'une nouvelle serre. Aujourd'hui les paysans de Kalché travaillent sous 200m2 de serres.

 

4 points d'eau créés
La surface de cette serre a été doublée